à Propos de la Fondation

La Mission

Permettre à des individus, des groupes ou des associations de contribuer de manière positive à l’avenir de l’humanité en soutenant des initiatives en cours ou en fournissant des outils pour lancer de nouveaux projets.

 

La Strategie

La Fondation Nuer a pour but de co-créer un contexte d’humanité en:

  • Fournissant des fonds à d’autres organisations partageant sa mission

  • Sponsorisant directement des projets qui promeuvent l’éducation, la résolution de conflits et le respect de la dignité humaine

  • Décernant le prix Nuer, qui récompense des individus ayant fait preuve de courage et d’engagement quant à la résolution de conflits et la tenue de dialogues délicats avec autrui ou ayant réalisé d’autres projets significatifs correspondant à la mission de la fondation

 


Origines de la Fondation Nuer

 

La Fondation Nuer a été créée en 1999 en l’honneur de Claire Nuer (1933-1999), pour promouvoir et poursuivre le travail et les principes auxquels elle a dédié sa vie.

Claire était une pionnière dans le domaine du développement personnel, du leadership et de la résolution de conflits. Animatrice de talent, elle a créé, avec son mari, un ensemble d’outils conceptuels et pratiques, efficaces dans la gestion de la vie professionnelle et privée. Ces outils ont été utilisés avec succès par de nombreuses compagnies américaines et internationales, des responsables dans les domaines médicaux et universitaires aussi bien que par des familles et des jeunes adolescents.

Claire Nuer était “Fellow and Trustee” du “World Business Academy”, membre de l'”International Society of Psycho-Oncology” et membre consultant de la “Society for Organizational Learning” développée à partir du travail de Peter Senge sur l’apprentissage au sein des organisations. Claire Nuer a aussi participé au symposium « Le chemin vers la responsabilité à l’Age de la Shoah » de la “Goldner Holocauste Biennal” qui a eu lieu au Collège de Wroxton en Angleterre. Son parcours est évoqué dans le livre de Joe Jaworski, Synchronicity. Elle a organisé des conférences parrainées par le “Commonwealth Club”, l'”Institute of Noetic Sciences”, les Nations Unies, la Conférence annuelle des spécialistes sur l’Holocauste et l’Eglise, et le “State of the World Forum”.

Sa formation ne venait pas d’un parcours académique mais d’une existence marquée par des événements de vie dramatiques.

Née à Paris en 1933 dans une famille de religion juive, elle fut une enfant cachée durant la guerre. Son père et presque toute sa famille ont péri dans l’holocauste. Cette enfance lui avait insufflé un engagement incontournable à faire tout son possible – des comportements les plus quotidiens aux grands projets – pour qu’une telle inhumanité ne se reproduise plus jamais. Elle a consacré les deux dernières décennies de sa vie à développer des programmes éducatifs, des conférences, des séminaires et des forums de discussions ayant pour but de promouvoir la résolution de conflits et le dialogue interculturel.

Luttant contre un cancer, elle avait appris à y faire face et, malgré un mauvais pronostic, reconstruire des buts personnels et réaliser ses aspirations les plus profondes. Elle avait alors décidé d’enseigner cette expérience aux autres afin qu’ils n’aient pas à attendre de vivre une période difficile comme une maladie ou une crise personnelle telle qu’un divorce ou une faillite pour éclaircir leurs buts personnels et améliorer leurs relations avec autrui.